LE CHEMIN DE PIEMONT 

(De la Méditerranée à l'Atlantique ) 

(GR 78) 

Mon projet étant de faire une jonction entre la mer Méditerranée et l’océan Atlantique, c’est donc tout naturellement que j’ai emprunté dans son intégralité le "Chemin de Piémont", tel que défini ci-dessus. 

D’autres choix étaient possibles pour réaliser cette jonction : 

le GR 10, côté français plutôt «montagne» et passant souvent au-dessus de 2 000 mètres (je l’ai emprunté pour faire ma jonction entre Saint-Jean-Pied-de-Port et Hendaye). 

la HRP (Haute Route Pyrénéenne) qui se tient carrément sur la crête et relève très souvent des techniques de la haute montagne (crampons, cordes, piolet). 

et enfin le GR 11, côté espagnol ("la Senda") équivalent du GR 10 quoique réputé plus difficile. 

Mon choix s’est porté sur ce parcours qui ne dépasse pas l’altitude de 1 000/1 200 mètres pour son intérêt historique et culturel. Et, pourquoi ne pas l’avouer, pour sa facilité et ses bonnes possibilités d’hébergement. 

Ce parcours est bien du "long cours" (probablement autour de  1 000 kilomètres) mais il aura été très fractionné : 

- en juin 2010, avant que mon projet ne voie le jour,  j'avais déjà fait le parcours "Hendaye - Saint-Jean-Pied-de-Port" en suivant le GR 10.  

- en septembre 2011 je suis allé de Bagnères-de-Bigorre à Saint-Jean-Pied-de-Port (à la journée, en utilisant le train pour rentrer le soir et aussi lors d'une sortie de quatre jours consécutifs).  

le "final" de Gruissan-Plage à Bagnères-de-Bigorre, prévu normalement en un seul tronçon en mai 2013, aura provisoirement été interrompu à Mirepoix suite à des aléas physiques.  

et enfin "Mirepoix-Bagnères" aura été réalisé fin juillet 2014.  

L'itinéraire du Piémont naît quelque part au sortir de la Camargue, sous les pas de celui qui se détourne de la visite au sanctuaire de Saint-Guilhem-le-Désert et que n'émeut guère la perspective de traverser la Montagne noire vers Castres et le pays toulousain (chemin d'Arles). Ce cheminant plonge alors droit sur Béziers et vers l'antique cité romaine et wisigothique de Narbonne. De là, s'il ne poursuit pas vers le monastère de Montserrat en Catalogne, il chemine au pied de la chaîne pyrénéenne, cherchant la vallée et le col qui le feront passer en Espagne. (extrait de : "le chemin du Piémont pyrénéen vers Saint-Jacques-de-Compostelle - de la Méditerranée à Roncevaux - ouvrage de Jacqueline et Georges VERON"). Le dernier point de passage cité dans l’ouvrage est Saint-Jean-Pied-de-Port (d’autres existent plus loin y compris en bord de mer entre Hendaye et  Irun) 

Ce chemin, maintenant pratiquement balisé sur tout son parcours entre Carcassonne et Roncevaux est devenu le GR 78. Il commence à rencontrer un certain succès et les hébergements y deviennent plus nombreux. 

Présentation 

Le projet et sa réalisation 

Le projet et sa réalisation 

Sommaire