UN TOUR DE CAUSSES 

(Causses de Sauveterre, Méjean et Noir) 

UN TOUR DE CAUSSES 

(Causses de Sauveterre, Méjean et Noir) 

Peyreleau est un très beau village étagé sur les pentes du causse Noir et faisant face aux causses Méjean et Sauveterre (un concentré en quelque sorte de ce site !). Il a compté jusqu'à 1800 habitants au début du 19èmè siècle. Maintenant ils ne sont plus que 77 (recensement 2014). 

Une petite incursion au Rozier tout proche va me permettre de faire honneur à la gastronomie populaire et touristique locale, l'aligot saucisse ! 

Le lien vous donne à voir quantité de belles photos. 

Et me voici confortablement installé pour deux nuits à la chambre d'hôtes "Les Busserolles". Je dispose d'une chambre individuelle et profite d'excellents repas en compagnie d'une clientèle familiale. 

 

Ma traversée du Causse Noir va se faire en prenant assez souvent de petites routes sans circulation mais aussi quand cela ne rallonge pas trop la distance les GR et les PR (promenade et randonnée). 

J'ai retenu pour deux jours à Alayrac, un hameau qui surplombe Peyreleau et Le Rozier. C'est là que se fait la jonction entre la Jonte et le Tarn. Nous y sommes passés l'an dernier alors que la météo n'était pas trop favorable. Une occasion donc pour une "deuxième couche" ! 

Suivre la route réserve parfois des surprises et la découverte du prieuré roman de Saint-Jean de Balmès en est une. 

Un particulier a réalisé un site tout à fait génial sur ce monument (explications, photos anciennes et récentes, ... ). Ne manquez pas de le consulter. 

Et tout de même ... deux des miennes 

Tandis qu'à l'autre extrémité de ce groupe de maisons une belle restauration a été effectuée. 

Le hameau de Luc est en grande partie ruiné telle cette maison mais ses annexes ont quelques éléments architecturaux inté-ressants. 

Un beau chemin bien vert avec quelques restes de murets m'accueille. Menhirs et lavogne ne sont pas de reste non plus. 

Le Causse Noir était à l'origine entièrement couvert d'une forêt de résineux d'où son nom (voir le lien). L'exploitation agricole a éclairci le paysage mais il reste encore beaucoup d'arbres et c'est ce qui le distingue des deux précédents. 

J'ai parcouru le Causse Noir presque involontairement ! Lors de la préparation de mon circuit, j'avais cherché le moyen de regagner dans les meilleures conditions mon domicile, depuis Meyruès, une fois terminé mon tour de Cévennes. Il m'est rapidement apparu que Millau, la gare la plus proche n'était desservie par un bus que deux fois par semaine ! Quels jours ? Pas moyen de savoir car Meyruès est en Lozère et Millau dans l'Aveyron ! Bon, puisque c'est ça, j'y vais à pied ! 

C'est donc ce que je vais faire en trois jours (dont un jour de repos) compte tenu de la distance. 

Le Causse Noir est le plus petit des grands causses (dixit wikipédia) mais il mérite d'être parcouru. 

Le Causse Noir 

Ma journée de repos va être consacrée à aller visiter Peyreleau que nous avions négligé l'an dernier pour cause de mauvais temps et refaire un petit tour au Rozier tout proche. C'est le grand beau et je descends tranquillement préférant les lacets de la route aux pierres du chemin qui coupe lesdits. Je peux tranquillement y faire de nombreuses photos. 

La première à gauche vous fait découvrir la vue que l'on a dès les premiers lacets. Donc, en haut à droite le causse Méjan, en haut à gauche le causse de Sauveterre et en bas les eaux de la Jonte et du Tarn se rejoignent. 

La seconde est un "zoom" de la première sur le promontoire orné d'une tour. C'est par là que nous sommes arrivés l'an dernier ! Si, si, de tout en haut et de plus sur un chemin tout à fait confortable qui avait eu mon agrément (voir plus avant le tronçon Meyruès-Le Rozier). 

Dernier jour. L'objectif est d'être à Millau avant 14h00 pour prendre le dernier train me permettant d'être chez moi le soir. J'ai 20 kilomètres à faire et mon hôtesse me servira mon petit-déjeuner suffisamment tôt pour que je sois dans les délais. 

Cela ne m'empêchera pas de "tracer" sur un "tout route" (à l'exclusion de quelques "coupés" dans la descente sur Millau). 

De beaux rochers au passage et la vision finale du magnifique viaduc de Millau.