Les principaux Chemins de Compostelle communiquent entre eux. Il est toujours possible de passer de l'un à l'autre en de nombreux endroits. Cette pratique, au moyen-âge, était motivé par l'attrait qu'exerçait la présence de reliques prestigieuses pas forcément situées sur le chemin où se trouvait un pèlerin. 

Si l'on s'en tient à ceux de ces chemins qui sont aujourd'hui balisés et équipés on peut citer entre autres  : 

 

- le chemin de Conques à Toulouse fait la jonction entre le Chemin du Puy (GR65) et le Chemin d'Arles (GR653). 

Ce chemin se veut "jacquaire" mais il faut prendre en compte l'intérêt économique qu'ont les régions traversées à avoir un "chemin de Compostelle" ! NON PUBLIE 

 

- le GR 101 qui de Maubourguet à Lourdes fait la jonction entre le Chemin d'Arles (GR653) et le chemin de Piémont (GR78). Est un chemin de jonction "moderne". Il est emprunté de nos jours par les pèlerins du Chemin d'Arles (GR653) qui souhaitent passer par Lourdes et continuer ensuite par le chemin de Piémont (GR78)  NON PUBLIE 

 

- En Espagne le "Camino del Salvador" fait la jonction entre le "Camino Frances" et le "Camino Primitivo". 

Celui-ci, a été très fréquenté au moyen-âge du fait de la présence à la cathédrale d'Oviedo d'un d'un grand nombre de reliques.  PUBLIE 

LES CHEMINS DE JONCTION